Les rats quittent le navire

Daily City Le Canard / vie de la rédaction

par Maggie Move, paru le vendredi 24 mars 2017

La rédaction de l’hebdromadaire que le monde préfère battait de l’aile depuis pratiquement un an, puisque la formule avait changé. Sommés de se spécialiser et de développer un journalisme d’investigation, plusieurs journalistes ont préféré s’abstenir.


’hémorragie n’était pas forcément visible côté lecteurs, mais l’absentéisme pour cause de maladie a battu des records depuis un an, date à laquelle l’hebdromadaire a pris la sage décision de passer à 100% aux supports numériques.


 Un Jude Abricot trop pressé

C’est que, côté management, les journalistes ont eu affaire à une mise sous pression inattendue de la part d’un Jude Abricot trop pressé, souhaitant lancer trop de services extraordinaires en même temps qu’il donnait plus d’autonomie à chacun.

Résultat: un gros flop et une large démotivation.
« Les journalistes ne travaillaient plus ensemble puisque il n’y a plus eu de conférence de rédaction, chacun étant libre de produire des articles à sa guise » témoigne A.V., une journaliste qui préfère garder l’anonymat mais qui est très critique vis-à-vis du dernier Présidentfifrice.
« C’est l’éclatement de la structure traditionnelle qu’avait le journal et par là même ça a anéanti toute sa spontanéité.

CERTAINS JOURNALISTES ONT DÉCLARÉ SE SENTIR POUSSÉS VERS LA SORTIE DEPUIS QUE LE CANARD BAT DE L'AILE


Maladies et démissions en pagaille

Deux courants très différents ont commencé à se diviser dans la rédaction. Les journalistes reclus ressentaient de plus en plus un malaise grandissant. Une partie de la rédaction est divisée autour du rôle de Guillemette Point de Virgule qui a au départ été très coulante avec les excès d’Annie Versaire, avant de verser dans la critique acerbe poussant à démissionner de son poste de directrice celle qui l'avait faite entrer dans la bergerie.

Machine Lapholle et sa propension à penser que nous avons un problème à régler avec les extra-terrestres est une autre cause de dissensions au sein de l'équipe. Pour ne rien arranger, le vol d'un sachet de bonbons lors Machine Lapholle répond « ce n’est pas ça le problème, c’est simplement qu’il y a des journalistes talentueux, de catégorie A, et d’autres de catégorie B qui plombent l’ambiance ».

La partie « raisonnable de la rédaction », qu’on pourrait assimiler à la catégorie B, affirme avoir commencé à sentir la fin lors du doublement des salaires depuis le mois dernier puisque les finances du journal ne le permettent clairement pas.

Il n’était pas évident la semaine dernière, de se rendre compte qui était malade et qui était démissionnaire. À ce jour, les journalistes suivants manquent à la pelle, parmi lesquels des résignés et des malades:
- Annie Croche (bronchite aigüe) - Emma Serpillère (malade)
- Helmut Ton (démissionnaire)
- Jessica Rote (démissionnaire)
- Paule Igone (en campagne pour les Présidentielles)
- Marie Nade (grippée)
- Sarah Mdurhe (chômage technique)
- Sophie Styckation (victime d’une angine)
- Thomas Teuheu (en vacances)

Par ailleurs, le journal est sans nouvelles d’Ann O’Neem, Machine Lapholle et du Professeur P.Tard.
[EDIT du 28 mars] Sarah Mdurhe a indiqué à Jude Abricot cette après-midi accepter de partir en retraite anticipée, à 34 ans.


 Le monde impitoyable de la réalité

La direction du Personnel tend la main à ces journalistes s’ils souhaitent revenir et sinon leur souhaite un bon voyage dans le monde impitoyable de la réalité, d’autant plus qu’ils auront du mal à se réinsérer au vu de leur expérience singulière du monde du travail et de la conception du professionnalisme.


Chroniques sur le même thème





Mots-clefs vie de la rédaction affaires le complot du ballon pur conflit drame émotion politique société Ann ONeem Annie Croche Dolly Prahn Emma Serpillere Guillemette Point-Virgule Helmut Ton Jessica Rote Jude Abricot Machine Lapholle Marie Nade Paule Igone Prof. Peter Tard Sarah Mdurhe Sophie Styckation Thomas Teuheu 

Maggie Move

Directrice des Finances et des Ressources Cubaines

Commente!

3 commentaires - poster un commentaire :)
PAPILLON qui va rester c'est sans doute le coup de suspense voulu.
BALLONNE @chambourcy si je ne me trompe cette machine a existé et s'est appelée l'Aspiplus 2000 Plus mais ne marchait pas du tout malgré une facture éhonteusement mirobolante de plus de 2 millions d'euros à l'époque!
CHAMBOURCY C'est ce qu'on appelle une démission mentale en avance pour les journalistes restant. Je suis triste de cette nouvelle qui n'augure rien de bon... est-ce que sans journaliste le journal va continuer d'être écrit? Machine Lapholle pourrait peut-être nous concocoter un programme informatique ou une machine pour le faire automatiquement, non?



Les évènements, personnages et firmes cités sur la plateforme ou les impressions de PuzzFuzz sont imaginaires.
Toute ressemblance avec des contemporains, vivants ou morts, ou avec des firmes existantes, ne serait que pure coïncidence.

Toutes les fictions dépeintes sur PuzzFuzz sont protégées par le droit d'auteur et de création et ne peuvent être reproduites sans l'authorisation de PuzzFuzz et de leurs auteurs respectifs. PuzzFuzz © 1995-2018
Droits réservés reproduction interdite
Conditions générales | Contact | Mentions légales